CAMEROUN :: Décembre 2016 - Avril 2018: Les Lionnes Indomptables sortent de la naphtaline :: CAMEROON

Décembre 2016 - Avril 2018: Les Lionnes Indomptables sortent de la naphtaline

cameroun,decembre,2016,avril,2018,les,lionnes,indomptables,sortent,naphtaline,cameroon,CAMEROUN :: Décembre 2016 - Avril 2018: Les Lionnes Indomptables sortent de la naphtaline :: CAMEROONFinalistes de la 10e Coupe d'Afrique des Nations féminine, les Camerounaises, la capitaine Christiane Mani et ses camarades, n'étaient plus apparues sur un terrain depuis le 3 décembre 2016.

L'imminence du match de qualification contre le Congo pour la CAN Total, Ghana 2018, a été l'occasion d'une intervention de l'entraîneur Joseph Briand Ndoko, nommé en juin 2017, qui a mis en garde les dirigeants. « Nous sommes pratiquement la seule équipe  qui n’a rien fait depuis la dernière CAN. Voir des nations comme le Congo arracher la qualification, montre que les autres sont actifs. Notre léthargie peut certainement jouer en notre défaveur, mais nous sommes bien déterminés à nous surpasser pour chercher cette qualification pour le CAN ghanéenne,  quelle que soit la manière avec laquelle nous allons nous préparer », affirme le successeur de Carl Enow Ngachu, promu directeur de l’Académie nationale de football du Cameroun.

Pour l’ancien coach de l’Aigle de Dschang, club local de Ligue 1,  « Il n’est pas concevable que le Cameroun, vice-champion d’Afrique perde contre le Congo, qui n’a même pas pris part à la dernière Coupe d’Afrique. Ce serait une catastrophe, et toutes les filles le savent. Le manque de regroupement depuis un an et demi doit constituer un élément de motivation pour doubler d’effort et de concentration jusqu’à la CAN au mois de novembre ».

Le retour des Lionnes indomptables sur la scène africaine se présente donc comme un défi immense. Le nouveau staff technique s’apprête à tenir son premier regroupement. IL  veut compter sur des joueuses qui ont disputé la dernière Coupe d’Afrique des nations. « La CAN 2018 est désormais un projet à court terme. Etant donné que nous n’avons pu regrouper les jeunes du championnat local, le staff fera en grande partie appel aux filles qui ont joué en 2016. Beaucoup évoluent à l’étranger dans des championnats  professionnels et ont de l’expérience ». Il s’agit pour Joseph Ndoko  de faire preuve de réalisme, et de se donner toutes les chances d'atteindre l'objectif de la qualification.  « Mes ambitions sont celles du peuple camerounais, voir nos filles remporter une Coupe d’Afrique et aller le plus loin possible à la Coupe du monde. Mon prédécesseur a  placé le curseur très haut, mon staff et moi devons faire bon usage de l’héritage », reconnaîit-il.  

Hier entraineur d’une équipe masculine, aujourd’hui patron d’une sélection féminine, Joseph Ndoko n’y voit pas une grande différence.  « Le football féminin a ses spécificités, mais ça reste le football, le ballon ne devient pas ovale lorsqu’il s’agit des femmes. Ceux qui ont pensé que sortir d’une équipe masculine pour une sélection féminine est une hérésie,  je leur rappelle que mes prédécesseurs ont fait de grandes choses sortant des équipes de garçons », précise-il.

D’après lui,  le Symposium sur le football féminin tenu au Maroc au mois de mars dernier,  a tracé de bonnes pistes pour décomplexer les acteurs de la discipline. « L’organisation  d’une Coupe d’Afrique des moins de 20 ans tel que promis, est une innovation importante qui va dynamiser les championnats locaux, et davantage tuer les obstacles à l’épanouissement des jeunes-filles qui devaient attendre un certain âge pour jouer une compétition majeure sur le continent. Tout comme l’engagement pris par la CAF et ses partenaires de  lutter contre les nombreux obstacles à l’épanouissement de la jeune fille africaine, me semble un défi important à relever pour notre football », espère-t-il.

  • Hits : [ 4432 ] 12 Avr 2018 12:00:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité