CAMEROUN :: Les clubs mythiques démythifiés :: CAMEROON

Les clubs mythiques démythifiés

cameroun,les,clubs,mythiques,demythifies,cameroon,CAMEROUN :: Les clubs mythiques démythifiés :: CAMEROONC’est une révolution. Eding Sport de la Lekié est champion du Cameroun pour la saison sportive 2017. Coton Sport de Garoua et Apejes de Mfou pourraient compléter le podium à l’issue de la dernière journée de la Mtn Elite One. Il y a 25 ans, deux de ces trois clubs n’existaient pas, tandis que la formation de Garoua accédait seulement en première division. Au même moment, le Canon sportif de Yaoundé, l’Union sportive de Douala et le Tonnerre kalara club brillaient de mille feux. Aujourd’hui, ces clubs dits mythiques broient du noir.

Le Canon sportif de Yaoundé quadruple champion d’Afrique est condamné à la relégation en Mtn Elite Two. L’Union sportive de Douala double championne d’Afrique et surtout le Racing de Bafoussam quadruple champion du Cameroun sont menacés de relégation. Ces ténors seront remplacés notamment par deux novices Fc Yaoundé II et As Fortuna de Yaoundé promus en Elite One. Sans oublier que la saison passée, c’est l’Union des mouvements sportifs (Ums) de Loum qui a remporté le championnat, tandis qu’Apejes de Mfou a gagné la coupe du Cameroun. Le temps des clubs qui représentaient des communautés et des groupes ethniques est révolu. Illustration : le Canon sportif de Yaoundé qui détenait le record de titres en championnat est aujourd’hui bombardé par Coton Sport de Garoua qui a remporté 14 titres en 17 ans.

Des performances qui résultent d’un management professionnel, marqué notamment par la moyenne de salaire la plus élevée du championnat, par la régularité de cette rémunération, des équipements et cadre de travail modernes. Sans oublier que contrairement au Canon sportif ou au Tonnerre Kalara club de Yaoundé, dirigeants, staff technique et surtout les joueurs de Coton Sport de Garoua ne sont pas soumis à la pression populaire.

Ils ne doivent des comptes qu’à l’actionnaire, la Sodecoton. S’il ne fait pas des profits, l’actionnaire peut soit vendre le club, soit abandonner ou alors réduire son investissement annuel. C’est d’ailleurs cette dernière hypothèse que connaît actuellement le club des rives de la Benoué qui fait face à quelques soucis financiers. Au point où l’organisation n’est plus aussi confortable qu’il y a quelques années. Conséquence : départ des joueurs cadres, le défenseur central Aaron Mbimbe, actuellement au Koweit et l’ancien capitaine Stéphane Kingue Mpondo. Ce chamboulement déteint sur les résultats sportifs des « Cotonculteurs » qui bouclent une deuxième saison consécutive sans pouvoir gagner le championnat. Parallèlement, des clubs fondés par des individus prospèrent. Le succès d’Eding Sport de la Lekié résulte de l’investissement et du management moderne de son président Saint Fabien Mvogo, qui évidemment ne connaît pas la pression populaire, que peut vivre son homologue du Kpa-kum par exemple. Il recrute des joueurs au talent confirmé qu’il se débrouille à rémunérer assez régulièrement, tout en payant assez fréquemment les primes.

Avec moins de problèmes extra-sportifs à gérer que leurs collègues du Canon notamment, les sociétaires d’Eding Sport se concentrent strictement sur le jeu. Surtout qu’ils ne risquent pas de se faire agresser par des supporters en furie comme leurs amis du Racing de Bafoussam. En plus, dans les clubs fondés par des entrepreneurs sportifs, l’organisation est moins pléthorique mais plus verticale. Surtout qu’en dehors des administrateurs, très peu de cotisations proviennent des supporters, qui ne sont d’ailleurs pas nombreux. Tout le contraire des clubs communautaires au sein desquels les présidents ont parfois l’appuie de supporters et surtout des élites, qui deviennent exigeants en cas de mauvais résultats. C’est pourquoi dans ces organisations, les problèmes de management sont réccurrents.

  • Hits : [ 1289 ] 23 Sep 2017 00:29:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité