Cameroun - Can 2019: Le patriotisme à l´épreuve des faits :: CAMEROON

Cameroun - Can 2019: Le patriotisme à l´épreuve des faits

cameroun,can,2019,patriotisme,lepreuve,des,faits,cameroon,Cameroun - Can 2019: Le patriotisme à l´épreuve des faits :: CAMEROONJusqu´à nouvel avis, la coupe d´Afrique des nations de football 2019 aura bien lieu au Cameroun. Sauf que, la récente sortie du président Ahmad Ahmad de la CAf, en visite au Burkina Faso, vient davantage mettre le patriotisme des camerounais à rude épreuve.

IL faut rappeler que c´est en septembre 2014 à Addis-Abeba, en Ethiopie, que Issa Hayatou, alors président de la Confédération africaine de football, CAF, annonce solennellement au cours d'une conférence de presse que « les conclusions de la mission d'évaluation de la CAF du 18 au 22 mai 2014 et la présentation du dossier de candidature », ont milité en la faveur du choix du Cameroun.

Pour la majorité des camerounais et les amoureux du football, de l´intérieur comme de l´extérieur, cette bonne et heureuse nouvelle vient combler un immense vide de 43 ans d´âge, pendant lequel le Cameroun n´a plus organisé une phase finale d´une coupe d´Afrique des nations de football, CAN. L´unique CAN organisée jusqu´ici au pays de Mbappe Leppe, Tokoto Jean-Pierre, Ndongo Paul Gaston, Mve Emmanuel, Yebga Maya, Bengalack, Bekombo, Léa Eyoum, Nlend Paul date de ... 1972. Alors que Champions d´Afrique en 1984, 1988, 2000, 2002 et en 2017, le moment était venu pour le pays des Lions indomptables, d´accueillir sur son sol non seulement un évènement sportif, mais culturel, économique et surtout politique. Car, il faut le dire, la CAN a une valeur marchande sans pareil, à tous points de vue. 

Sauf que petit à petit, la joie du cœur manifestée en septembre 2014 au moment de l´attribution de la CAN 2019 au Cameroun et renforcée par la foi en la capacité camer.be du Cameroun à être dans les délais, surtout au lendemain d´une formidable CAN féminine 2015, a progressivement fait place au doute, à la peur de se faire retirer l´organisation de ce prestigieux évènement mondial.

L´euphorie quasi nationale s´est alors noyée dans un vaste océan d´incertitudes et de "camerounaiseries" que même les sorties à répétition des membres du gouvernement camerounais, de la Fecafoot et des entreprises étrangères en charge des l´exécution des travaux ont du mal à rassurer l´opinion nationale et internationale. Au final, c´est le patriotisme des camerounais qui est vite supplanté par la raison et le bon sens.

Mais au fait qu´a-t-on fait depuis ce temps-là? Fallait-il attendre que la presse sportive camerounaise sonne le tocsin pour enfin se réveiller et assister comme d´habitude á un concert incongru d´explications illogiques, qui au lieu d´un simple "mea culpa" rassurant, laissent les "footeux" plus songeur qu´avant? ".  Le sens de l´anticipation n´existe pas dans votre pays", me rappelait un entrepreneur allemand rencontré dimanche dernier au cours d´une finale de  football vacances opposant le Cameroun à la Guinée (0-2) à Dortmund, en Allemagne. " Lenteur et absence de rigueur ne favorisent pas une bonne athmosphère dans les affaires. Je comprends que le public soit inquiet. Or, je compte revisiter le pays de Roger Milla et peut-être le rencontrer", ajoute-t-il, avant de s´en aller. Lui qui y était déjà, au lendemain de l´épopée glorieuse de 1990.

Contre vents et marées, le Cameroun organisera la 32ème édition de la Coupe d´Afrique des nations en 2019, mais force est de reconnaitre que c´est le même Cameroun qui offre le fouet qui le fouette en ce moment. L´indolence et la politique du "last minute action" qui ont confortablement fait leur lit camer.be dans ce pays depuis des lustres donnent aujourd´hui l´occasion " aux ennemis du Cameroun", pour peu que l´on dénonce un fait et surtout à l´actuel président de CAF de se gargariser en affirmant du genre" même à quatre équipes, le Cameroun n’est pas prêt". 

Construire des stades, des terrains d´entraînement, des routes viables, des hôtels, éviter les délestages en électricité, les rationnements en eau, améliorer le plateau technique des formations sanitaires, etc....  tout cela en 22 mois, par ces temps d´austérité budgétaire, même avec l´aide des pays amis, sont des chantiers réels qui mettent  que nous sachions raison gardée. Malheureusement aussi, ils mettent k.o notre patriotisme, même aveugle.

Ne faisons pas semblant!

  • Hits : [ 4183 ] 08 Août 2017 10:53:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité