ÉGYPTE :: Médias. Les révélations d’Issa Hayatou :: EGYPT

Médias. Les révélations d’Issa Hayatou

agypte,medias,les,revelations,dissa,hayatou,egypt,ÉGYPTE :: Médias. Les révélations d’Issa Hayatou :: EGYPTLe grand rendez-vous de Mutations du 27 novembre 2016 a permis au président de la Caf de dévoiler sa prochaine candidature.

Il fallait être là dimanche 27 novembre 2016 à l’hôtel Hilton de Yaoundé. Le plateau constitué des journalistes et en direct sur Canal 2 international à l’occasion des 20 années d’existence du quotidien Mutations a tout simplement été un régal. Au menu des activités du grand rendez-vous de ce quotidien qui a, selon Laurent Charles Boyomo Assala, assumé au cours de ces vingt dernières années, « une position médiane, équidistante des alignements institutionnels, hiérarchiques, politiques et économiques », un invité de marque, Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football. Vêtu d’un gang noir et visiblement détendu, il a livré moult informations autour des questions à lui posées par les journalistes Polycarpe Essomba, Martin Camus Mimb, Georges Alain Boyomo et Bouba Ngomna sur le thème « Le Sport, le football et la presse, quelles interactions pour le développement du Cameroun et de l’Afrique ».

Immédiatement après son portrait fait par Martin Camus Mimb, le président de la Caf s’est voulu clair. Pour lui, les relations sont très étroites et harmonieuses entre la Caf et les joueurs. A ses yeux, la Caf est impliquée dans la gestion du football mondial. Sur sa prochaine réélection à la Caf.

Autre point saillant des échanges, sa prochaine ou probable réélection à la tête de la Caf. Presque gêné face à l’insistance des journalistes, Issa Hayatou, le sourire en coin a finalement répondu. « Je ne sais pas si je serai candidat ! Depuis combien de temps êtes-vous journalistes ? Vous n’estimez pas que ce soit assez ? La date limite des candidatures à la Caf est fixée au 16 décembre, il y a donc encore du temps », a-t-il répondu à Georges Alain Boyomo.

Face à la détermination du rédacteur en chef du quotidien Mutations qui s’emblait s’indigner d’une autre candidature, le cadre de l’Institut national de la Jeunesse et des Sports qui a réussi à imposer 5 places à l’Afrique s’est voulu clair. « Qu’est-ce qui vous gêne à ce que je sois président ? Je dois même vous dire que 33 fédérations ont déjà déposé ma candidature à la Caf à l’heure où je vous parle. C’est l’Afrique qui renouvelle ! », a-t-il indiqué.

Si l’Afrique compte 54 Etats, il va de soi que Issa Hayatou sera candidat et réélu comme prochain président de la Caf. Il est ressorti des débats que le président Biya lui a toujours donné son accord, qu’il lui rend régulièrement compte. Sur l’absence des infrastructures au Cameroun, Issa Hayatou s’est voulu clair. « Ce n’est pas la Caf qui créée des infrastructures, allez demander au ministre des Sports et de l’Education physique.

La Caf n’a pas ces moyens. Nous pouvons déjà remercier le gouvernement car d’ici 2019, on aura sept stades », a-t-il déclaré. Il a par ailleurs soutenu que le centre technique de Mbankomo est ultra moderne
et les conditions climatiques y sont réunies. Il a regretté le fait que des entraîneurs aillent toujours en Europe pour préparer leurs matchs.

Pour l’organisation de la Can masculine 2019, il s’est voulu rassurant ; pour lui, le gouvernement mettra tout en jeu car une compétition pareille nécessite quatre stades. D’ici deux ans, on aura sept stades, donc il n’y a pas d’inquiétude. Eternels conflits observés à la Fecafoot A propos des éternels conflits observés à la Fecafoot, l’ancien champion de 400 m a affirmé que « La Fifa a donné deux ans au Comité de normalisation.

Mais aujourd’hui, il y a une fraction qui s’agite. Cependant, je dois dire que je n’ai jamais cherché à influencer la bonne marche de cette fédération. Je ne suis jamais allé à la Fecafoot ! » Issa Hayatou a fait savoir qu’il n’était pas à même d’influencer les juges du Tas.

D’après lui, la Fifa n’a aucune influence sur le Tas. A propos des relations tendues entre la Caf et L’Uefa, il a dit avoir pris rendez-vous pour le 9 janvier avec le nouveau président afin d’aplanir certaines divergences. La deuxième partie du débat intitulé « Comment la presse contribue-t-elle au développement du football au Cameroun et en Afrique » a permis au président de la Caf d’établir que les fédérations nationales sont souveraines.

Félicitant les efforts du gouvernement en ce moment où la Can féminine se joue, l’ancien secrétaire général et président de la Fecafoot a déclaré qu’ « aucun pays n’a aussi bien organisé cette Can comme le Cameroun. Je dis bien qu’aucun pays ne l’a fait ! Quarante quatre ans après celle de 1972, la mobilisation et l’intérêt politique sont remarquables », a-t-il martelé. Protais Ayangma, le président de la South media corporation a profité de la circonstance pour présenter les « nouveaux habits de Mutations ». A partir de la semaine prochaine, le premier quotidien de la presse privée au Cameroun sera repensé. Parce que 11% des Camerounais seulement s’intéresse à la presse écrite, il fallait en cette ère du digital construire une nouvelle marque.

  • Hits : [ 1558 ] 01 Dec 2016 00:35:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Publicité
Publicité