ALGÉRIE :: Algérie 1-1 Cameroun: Les Algériens ne veulent plus de Milovan Rajevac (dossier du jour) :: ALGERIA

Algérie 1-1 Cameroun: Les Algériens ne veulent plus de Milovan Rajevac (dossier du jour)

algarie,algerie,cameroun,les,algeriens,veulent,plus,milovan,rajevac,dossier,jour,algeria,ALGÉRIE :: Algérie 1-1 Cameroun: Les Algériens ne veulent plus de Milovan Rajevac (dossier du jour) :: ALGERIADes cadres de l’EN accusent Bolly: Que fait Neghiz dans le staff ?

Selon une source bien informée, Michael Bolly, entraîneur des gardiens de but, est accusé par certains joueurs d’avoir semé la zizanie dans le groupe, à travers son comportement. Il faut dire que Bolly était déjà dans le collimateur du président de la FAF, Mohamed Raouraoua, avant les JO, après ce qui s’est passé dans le staff des Olympiques. On se souvient que Tarek Nouioua avait quitté son poste à cause de Bolly. Tout cela sans oublier ce qui s’est passé avec un des gardiens de but de la sélection olympique lorsque ce dernier avait été obligé de payer Bolly pour des séances d’entraînement supplémentaires au CTN de Sidi Moussa, au moment où il percevait un salaire de la part de la FAF.
 
Hier, en fin de rencontre, tout le monde s’interrogeait sur le rôle de chacun des membres du staff technique. Il faut dire que ce n’est pas uniquement Milovan Rajevac qui est responsable de cet échec. Même les autres membres ont une part de responsabilité, à commencer par Nabil Neghiz. Officiellement, il est chargé du suivi des joueurs locaux, mais aucun joueur n’a été détecté ni convoqué pour le stage d’octobre. Il s’est contenté de les retenir au stage de deux jours au CTN, uniquement pour occuper son temps. Depuis l’introduction de Neghiz dans le staff technique, on n’a pas pu découvrir le moindre joueur local. Houari Ferhani, l’arrière gauche de la JSK, retenu lors des deux derniers stages, a tapé dans l’œil de Mohamed Raouraoua lors des JO et c’est lui qui a ordonné sa convocation pour le lancer dans le bain, vu son jeune âge. Autrement dit, Nabil Neghiz n’est pas du tout utile à la sélection nationale. Il s’est montré incapable de trouver un défenseur central qui peut jouer dans le haut niveau, alors qu’il y a un joueur dont le profil est intéressant et qui mérite d’avoir sa chance dans un match international et non pas face au NARB Reghaïa avec les A’. Le joueur est Mohamed Benyahia, âgé de 24 ans, et qui a été formé à Nîmes et à Bastia. Donc, c’est un élément qui mérite d’être essayé depuis l’an dernier lorsqu’il brillait avec le MC Oran, avant qu’il ne signe à l’USM Alger, au moment où Milovan Rajevac a fait un choix par défaut face au Cameroun en alignant Liassine Cadamuro, un joueur venu d’un palier inférieur. La question qui se pose est la suivante : qu’attend Neghiz pour le convoquer et lui donner sa chance ? Peut-être lorsqu’il atteindra la trentaine pour dire qu’il a acquis de l’expérience !

Soudani ne sera pas suspendu face au Nigéria

Ayant écopé d’un avertissement dimanche soir face au Cameroun, Hilal Soudani sera pourtant bel et bien présent lors du prochain match des Verts en éliminatoires du Mondial 2018, face au Nigéria. Alors qu’une rumeur a circulé concernant sa probable suspension pour cette rencontre, il s’est avéré en fin de match que l’attaquant du Dinamo Zagreb ne compte qu’un seul avertissement en son actif et sera du coup présent face au Nigéria pour le prochain math des Verts.

Conspué par le public de Tchaker, Zeffane abattu en fin de match

Zeffane était abattu en fin de match en ayant un regard qui en disant long envers le public avant de quitter le rectangle vert et de rejoindre les vestiaires...

Complètement dépassé par les événements lors de la rencontre de ce soir soir face au Cameroun, Mehdi Zeffane a été copieusement conspué à la fin de la partie par le public du stade Mustapha Tchaker. Le joueur du Stade Rennais était, force de reconnaitre dans un jour sans hier. Reconnaissant sans doute sa très mauvaise prestation face au Camerounais, Zeffane était abattu en fin de match en ayant un regard qui en disant long envers le public avant de quitter le rectangle vert et de rejoindre les vestiaires.

Guedioura : «Il ne faut pas nous enterrer !»

Il fait partie de l’une des rares satisfactions de cette équipe algérienne  lors du match joué contre le Cameroun, Adlène Guedioura a bien rempli sa mission.  Comme révélé par nos soins, l’entraîneur national l’a désigné pour épauler l’axe dans la couverture et s’occuper de la récupération au milieu  du terrain. Chose que l’Algérien de Watford a réussie. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs qu’il a été bien noté par l’ensemble des sites spécialisés. Guedioura a même failli marquer un joli but sur cette tentative des 30 mètres où le gardien camerounais s’est vu obligé de sortir le grand jeu pour dévier le ballon en corner. En fin de match, malgré sa prestation individuelle assez bonne, l’un des rescapés de 2010 dans ce match, était abattu par le résultat final. «On est tous déçus du résultat, on a tenté d’appliquer les consignes du coach, on est tombés sur une bonne équipe qui a joué derrière. Elle nous a créé beaucoup de problèmes, je crois qu’ils ont eu de la chance puisque sur l’une des rares occasions qu’ils ont eues en seconde période, ils nous ont marqué un but» a-t-il déclaré à la Télévision algérienne. 

«On se rachètera face au  Nigeria»

Adlène Guedioura qui est considéré comme l’un des joueurs les plus expérimentés de cette Équipe nationale, refuse de dramatiser et appelle ses camarades à vite dépasser la déception pour bien préparer le prochain périlleux déplacement au Nigeria où la tâche ne sera pas de tout repos contre des Green Eagles, euphoriques après leur belle victoire ramenée de l’extérieur face à la Zambie. «C’est une défaite collective, on doit assumer, il ne faut pas nous enterrer, rien n’est perdu, il reste encore beaucoup de matchs à jouer, on fera tout pour se racheter face au Nigeria afin de maintenir nos chances de qualification intactes», a-t-il conclu.

Medjani : «Avant d’aller au Brésil, on a aussi perdu contre le Mali»

Le capitaine des Verts, Carl Medjani, pense que la sélection algérienne a manqué douloureusement de réussite au cours de ce match puisque, selon lui, l’EN a dominé le match et crée les occasions sans parvenir à faire la différence au tableau d’affichage. Le joueur rappelle aussi que l’Algérie avait déjà perdu contre le Mali lors des précédentes éliminatoires de la Coupe du Monde, avant d’arracher le billet qualificatif pour le Mondial sud américain du Brésil.

La sélection nationale a raté son baptême de feu en cette compagne pour le mondial russe en concédant le nul contre le Cameroun. Qu’en pensez-vous ?

Franchement, je pense qu’on a manqué de réussite au cours de cette confrontation car la physionomie du match nous a été favorable. On a crée plusieurs occasions avec des situations de centre vers les bois adverses mais on n’a pas réussi à les traduire en but notamment après l’égalisation du Cameroun. Contrairement à nous, l’adversaire a eu de la réussite en concrétisant une des deux occasions qu’ils ont procurées au cours des 90mn de la partie. Ils ont marqué sur un but sur une erreur de notre part. Dommage.

Suite au succès du Nigéria en Zambie et le nul concédé contre le Cameroun, ne pensez-vous pas que la mission se complique d’emblée pour les Verts ?

Il est clair qu’on a grillé un premier joker au terme de cette première journée des éliminatoires de la Coupe du monde. Il faut savoir que la qualification ne va pas être facile. N’oubliez pas que lors des précédentes éliminatoires, on avait aussi perdu contre le Mali mais on a réussi à se ressaisir.

L’Algérie peut-elle se ressaisir cette fois-ci ?

On a un groupe de vingt cinq joueurs auquel je fais entièrement confiance pour se racheter. Il nous reste encore cinq matchs à jouer, il faut se donner à fond et penser à se relever la tête en allant chercher un résultat positif dès le prochain match contre le Nigéria.

 
Taider : «Voila ce qui nous a fait défaut ce soir face au Cameroun»

A l’issue de la rencontre, le joueur milieu de terrain de l’EN, Saphir Taider s’est exprimé au micro de beIN Sports pour évoquer la contreperformance des Verts face au Cameroun : «Nous méritions de remporter cette rencontre, même si nous avons affronté une solide équipe du Cameroun. Malheureusement, la réussite n’a pas été de notre coté ce soir.» dira le joueur du FC Bologne et d’ajouter : «Nous avons largement le temps pour préparer notre prochain match face au Nigéria et corriger nos lacunes. On fera tout pour se ressaisir face au Nigéria.»

Zeffane, le maillon faible de la défense

Face à une équipe camerounaise très bien en place sur le terrain, les Verts ont éprouvé des difficultés à faire le jeu. La défense algérienne a eu d’ailleurs beaucoup de frisson durant la rencontre en subissant à maintes reprises le jeu devant Moukandjo and co. En l’absence de Mandi et Belkaroui, tous les deux blessés, le technicien serbe de l’EN, Milovan Rajevac n’avait pas trop de solution pour composer son arrière garde. Du coup, il a aligné Zeffane et Ghoulam dans les couloirs, et associé Cadamuro et Medjani dans l’axe de la défense. Le joueur du Stade Rennais, Mehdi Zeffane, est passé complètement à côté de son sujet en étant le maillon faible de la défense algérienne.

Il est hors champ

N’ayant que peu joué avec son team cette saison, le manque de temps de jeu a sans doute pesé sur le rendement de Zeffane hier. L’arrière droit de l’EN a eu beaucoup de mal à suivre le rythme imposé par les attaquants rapides du Cameroun. D’ailleurs, c’est sur son côté droit que les Camerounais ont fait le danger, en témoigne l’action du but de l’égalisation de Moukandjo. Assurément, c’est pour cela que Rajevac a incorporé le joueur de l’USMA, Khoualed, avant d’opter pour la stabilité et l’expérience en alignant Zeffane comme latéral droit.
Conspué par le public, il était abattu en fin de match.

Complètement dépassé par les événements lors de la rencontre d’hier soir face au Cameroun, Mehdi Zeffane a été copieusement conspué à la fin de la partie par le public du stade Mustapha- Tchaker. Le joueur du Stade Rennais était, force de reconnaître, dans un jour sans. Reconnaissant sans doute sa très mauvaise prestation face aux Camerounais, Zeffane était abattu en fin de match, en ayant un regard qui en disait long, avant de rejoindre les vestiaires.
 

Mahrez : «C’est frustrant .......»

L’attaquant des Verts Ryad Mahrez n’a pas caché son désarroi suite à ce nul concédé à domicile face au Cameroun. Il dira à ce sujet : «Je ne vous cache pas que je suis quelque peu frustré par ce résultat. On s’était préparés pour réussir notre entame des éliminatoires. Malheureusement, nous avons été tenus en échec par l’adversaire. Je suis vraiment frustré par ce mauvais départ. Toutefois, il va falloir retrouver le moral car rien n’est encore joué. Il ne faut pas top dramatiser les choses. On garde encore toutes nos chances de passer au Mondial.»

«On doit préparer le Nigéria comme il se doit pour se racheter»

Avant d’ajouter dans la foulée : «Maintenant, il faudra penser au prochain match. Nous aurons un déplacement difficile au Nigéria. Il faudra préparer convenablement ce match car ce sera encore plus difficile que cette première sortie devant le Cameroun. Nous n’avons d’autre choix que d’aller chercher un résultat positif. On doit faire le nécessaire pour réaliser une victoire.»

Une réunion des cadres à Sidi-Moussa pour exiger le départ du Serbe

Ce match Algérie- Cameroun a joué un mauvais tour à Milovan Rajevac puisque même les joueurs se sont retournés contre lui. Tout a commencé avant le match lorsque les joueurs n’ont pas apprécié ses choix. Même des cadres de l’équipe n’étaient pas d’accord avec ce onze aligné. Mais après le match, ça a beaucoup grondé dans le vestiaire. Les joueurs n’ont pas accepté ce nul à domicile. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux n’en revenaient pas au coup de sifflet de l’arbitre Daniel Bennet qu’ils ont été stoppés par le Cameroun. 

A Sidi-Moussa, les joueurs étaient très en colère après ce nul. Il faut dire que les joueurs cadres de la sélection n’ont rien compris. Certains d’entre eux avaient nourri des appréhensions quant au travail de Rajevac lors du stage du Lesotho, mais désormais, ils sont arrivés à la conclusion qu’avec le Serbe, l’EN n’ira pas en coupe du monde. Les joueurs cadres se sont donc rencontrés au CTN pour évoquer la situation et essayer de rattraper ces deux points de retard, mais ils sont tous arrivés à une conclusion réclamant son départ. Reste à savoir si Mohamed Raouraoua va accéder à ce souhait où s’il  prendra une autre décision. 

Il est rentré au vestiaire pour encourager ses joueurs, il a  essuyé leur  colère

Juste après le match, Milovan Rajevac est rentré au vestiaire pour encourager les joueurs. Là, il s’est passé des choses que personne n’attendait. En effet, le technicien serbe a essuyé la colère de beaucoup notamment les cadres qui lui ont fait savoir qu’il a commis des erreurs impardonnables lors de ce match. Selon ces joueurs, c’est le Serbe qui, à travers ses choix et son coaching,  a fait perdre à l’Algérie deux précieux points qu’elle pourrait regretter à la fin de cette campagne des qualifications.

Un cadre de l’équipe lui a dit : « Pourquoi tu nous encourages alors que tu vas nous priver de la coupe du monde »

Dans la foulée, un des cadres de l’équipe, très influent au sein du groupe, s’est adressé au coach au moment où les joueurs ruminaient leur colère, en lui disant : « Coach, je me demande pourquoi tu nous encourages alors que tu vas nous priver de la coupe du monde ». Kristian Cvejetic a même traduit ce discours au technicien serbe, qui était lui aussi abattu après ce faux pas, surtout que tous les moyens ont été mis à sa disposition.

Il s’est retrouvé les larmes aux yeux avant qu’on le fasse sortir du vestiaire

Face à cette situation, le sélectionneur national était très touché au point où il en avait les larmes aux yeux. Rajevac ne s’attendait pas à une telle réaction de la part de ses joueurs. Face à la colère, c’est un des membres de l’encadrement de l’EN qui s’est chargé de calmer le sélectionneur et de le faire sortir du vestiaire pour apaiser les esprits. Rajevac ne voulait pas rentrer dans le clash avec des joueurs, atteints par le nul concédé à domicile alors que tout le monde avait l’espoir de voir l’EN mettre fin au signe indien camerounais. Il faut dire que les choses se sont apaisées par la suite et le calme était revenu dans le vestiaire.

La colère était visible aussi chez Brahimi et Feghouli

Deux joueurs étaient visiblement déçus après le match. Il s’agit de Sofiane Feghouli et Yacine Brahimi. A travers leur visage, on pouvait comprendre qu’ils n’étaient pas d’accord avec les choix du coach. Déjà, les deux joueurs avaient montré leur déception au CTN avant le match, mais c’est vite rentré dans l’ordre.   Les deux joueurs étaient restés pendant quelques minutes sur le terrain avant de rejoindre le vestiaire.

Ce qui est reproché à Rajevac

La sélection nationale algérienne a été tenue en échec, dimanche à Blida, par les Lions Indomptables. Un résultat qui n’arrange pas les affaires des Verts, lorsque l’on sait que le Nigeria s’est imposé à Ndola face à la Zambie et que lors du prochain match, on ira chez les Supers Eagles. Donc ce nul est synonyme de défaite. Il fallait coûte que coûte s’imposer pour être à l’aise à Uyo face au Nigeria. Cet échec est collectif du fait que les joueurs n’ont pas joué sur leur véritable valeur. Mais les observateurs et surtout les spécialistes pensent que la plus grande part de responsabilité  incombe au sélectionneur national, Milovan Rajevac, qui n’a pas su exploiter la richesse de son effectif, se contenant uniquement d’un jeu stérile. Il s’agit d’un échec du sélectionneur qui a succédé à Christian Gourcuff, avec lequel l’Algérie avait certes perdu face au Ghana et la Côte d’Ivoire, mais elle avait fait jeu égal et parfois supérieur comme la rencontre face aux Eléphants en quart de finale de la CAN. Avec Gourcuff, l’Algérie battait les grandes équipes comme le Mali et le Sénégal.

L’EN cherchait un entraîneur pour se qualifier en Russie, pas pour lui donner du temps

Après le départ de Gourcuff, la FAF s’est mise à la recherche d’un entraîneur   capable de prendre le train en marche et poursuivre le travail effectué par l’actuel coach du Stade Rennais, puisque les éliminatoires approchaient. Le choix a été fait et c’est Milovan Rajevac qui a hérité de la barre technique de l’EN. Raouraoua lui a fait savoir lors des pourparlers qu’il a besoin un entraîneur de qualifier l’équipe en Coupe du monde et c’est l’objectif tracé.

Finalement, il veut bizarrement avoir le temps, comme il l’a déclaré en conférence de presse d’après-match : « Il ne faut pas oublier que, jusque-là, nous n’avons eu l’occasion de faire que deux stages. Nous n’avons pas eu assez de temps, mais nous comptons faire de notre mieux pour tout corriger et repartir du bon pied ».

La composante du onze de départ

La composante du onze de départ face au Cameroun a aussi été critiquée à cause de l’incorporation de certains joueurs, notamment ceux   chargés de l’animation du jeu. Beaucoup pensent même que Rajevac n’a pas su étudier le jeu des Camerounais, alors qu’il y avait des joueurs restés sur le banc de touche et qui pouvaient changer le cours du match s’ils avaient été titularisés. 

Aucune touche de l’entraîneur en deuxième mi-temps

Pour évaluer les compétences d’un entraîneur, il faut toujours juger la seconde période. Les grands spécialistes disent que la première mi- temps est celle des joueurs, la seconde c’est celle de l’entraîneur. Après une première mi-temps avec des hauts et des bas, on attendait la pause  avec impatience pour qu’il procède aux réglages nécessaires. Finalement, la seconde période était un copier-coller de la première. Une équipe nationale qui peinait à construire le jeu. Le boulevard sur le flanc droit de la défense est resté ouvert. On a même eu l’impression d’avoir suivi une mi-temps d’un autre match que celui de l’EN, alors qu’il fallait faire rentrer un Sofiane Feghouli à la 45’ et décaler Ryad Mahrez comme meneur de jeu, un poste qui lui convient bien. L’entrée de Feghouli aurait permis à Mehdi Zeffane de souffler  vu que Mahrez n’est pas trop impliqué dans les tâches défensives, contrairement à Feghouli. Et c’est pour cette raison que Mehdi Zeffane s’est retrouvé à maintes reprises pris de vitesse par un, deux ou parfois trois joueurs camerounais. Autrement dit, Rajevac a échoué à trouver une solution, alors qu’on sait qu’un entraîneur doit trouver une issue.

Pas d’orientations aux joueurs pendant les 90’

Un autre fait bizarre a été constaté lors du match, c’est que Milovan Rajevac n’a pas donné d’orientations aux joueurs pendant la rencontre. C’est vraiment bizarre mais le coach national n’était pas derrière ses joueurs. Il s’est contenté uniquement de suivre le match, contrairement à son adversaire du jour, Hugo Broos, qui a bien su gérer la rencontre sur le plan tactique, lui permettant de remporter cette bataille. En fin de match, il a même déclaré qu’il a regretté les trois points car les Lions Indomptables pouvaient l’emporter facilement, face à une équipe algérienne, à côté du sujet.

La philosophie Rajevac ne correspond pas à cette équipe algérienne.

Sur le plan technique, on peut arriver à une conclusion. C’est que la philosophie de Milovan Rajevac ne correspond pas à cette équipe algérienne dotée d’une armada de joueurs offensifs. Avec son reflexe défensif et les stratégies de jeu prudentes et surtout les directives donnés aux joueurs avant le match, Rajevac ne correspond pas à l’Algérie. C’est une vérité que le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, doit comprendre car les Verts risquent d’être condamnés à partir de la prochaine journée, en cas de défaite au Nigeria.

Rajevac défend Zeffane

Même s’il a reconnu que l’EN a souffert sur le flanc droit de sa défense, le sélectionneur national, Milovan Rajevac a refusé de tenir Zeffane comme seul responsable de la contreperformance de ce soir concédée face au Cameroun : «C’est vrai que le Cameroun a axé son jeu sur notre couloir droit, mais ça serait injuste de tenir Zeffane comme principal responsable du résultat final du match.»

Rajevac : «Désormais, il faudra se focaliser sur le match du Nigéria»

Le sélectionneur national, Milovan Rajevac a expliqué qu’il faudra tirer les enseignements du match de ce soir et de penser au prochain match face au Nigéria : «C’est mon second stage avec l’EN et il faudra du temps pour corriger les lacunes. Toutefois, il faudra désormais se focaliser sur le prochain match face au Nigéria et nous allons tout faire pour aller chercher un résultat positif là-bas.»

Rajevac : «Certains méritaient de jouer plus que d’autres»

Evoquant la situation de Brahimi et Feghouli qui ont débuté la rencontre sur le banc des remplaçants, Milovan Rajevac a déclaré en conférence de presse : «Tous les joueurs voulaient participer à cette rencontre, mais certains méritaient de jouer plus que d’autres. C’est moi qui décide, et le dernier mot me revient concernant l’équipe type.»

  • Hits : [ 4767 ] 11 Oct 2016 12:21:00

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Publicité
Publicité