CAMEROUN :: Géneviève Ngo Mbeleck: La pépite au mal des doués :: CAMEROON

Géneviève Ngo Mbeleck: La pépite au mal des doués

CAMEROUN::Géneviève Ngo Mbeleck: La pépite au mal des doués::CAMEROONLa joueuse de Caïman filles de Douala passe pour être l’une des plus talentueuses, mais elle accuse des lacunes physiques.  Les amortis de balle de la poitrine comme du pied, contrôles orientés, coups de foulard, passes de l’intérieur  comme de l’extérieur du pied et invariablement du gauche comme du droit, accélérations doublées de crochet, passement de jambes sont des gestes admirés chez les footballeurs.

Si vous voulez aussi voir ces gestes techniques reproduits par une jeune Lionne, venez au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé samedi prochain à l’occasion de la rencontre aller comptant pour l’avant-dernier tour des éliminatoires des Jeux olympiques « Rio De Janeiro 2016 ». Et ce n’est pas de la publicité.

Tous les techniciens s’accordent à dire que Geneviève Ngo Mbeleck, si elle continue à travailler, va enflammer les stades par son jeu. Beaucoup lui prédisent un avenir outre-mer après la Coupe du Monde, au regard du bagage technique de cette Lionne de 21 ans. Quand Enow Ngachu, le sélectionneur, lui donnera l’occasion de se produire. Les spectateurs qui ont fait le déplacement le 11 avril dernier au stade Ahmadou Ahidjo alors que les Lionnes affrontaient l’Ethiopie en savent quelque chose sur le jeu de cette footballeuse aux capacités énormes. Elle avait gratifié le public de ses gestes techniques arrachant les applaudissements du public.

Enow Ngachu l’utilise au milieu de terrain et dans son dispositif habituel, derrière l’avant-centre. Et il sait pourquoi : « C’est la plus douée du groupe. Elle est capable de porter le ballon et de créer le danger, avec cette capacité de frapper invariablement du pied gauche comme du pied droit ». Pas très imposante de par sa taille de moins de 1,68m, Ngo Mbeleck a explosé lors du championnat de football féminin, avec son équipe, Caïman filles de Douala. Elle a été plusieurs fois désignée femme du match lors de la finale de la Coupe du Cameroun de football féminin et de celle du tournoi de la Femme à  l’occasion du 8 mars, il y a deux ans au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé.

Et depuis lors, elle a été régulièrement convoquée chez les Lionnes où Enow Ngachu essaye de la mouler en corrigeant ses lacunes tactiques et physiques. Avec une aisance technique et cette facilité déconcertante du drible, l’entraîneur national travaille dur pour essayer de discipliner son jeu. « Elle doit jouer pour l’équipe et vers l’avant », dit le technicien, qui a du mal à corriger en cette footballeuse, le péché des footballeurs de cette race: la paresse. « Seulement, elle est paresseuse et c’est pour cela qu’elle finit les matchs difficilement. Quand vous la voyez jouer, c’est pendant les 30 à 45 minutes de jeu. Après, en deuxième mi-temps, elle n’est plus là. Les doués n’aiment pas travailler sur le plan physique. Mon problème avec elle, c’est sur ce plan, parce que c’est la bagarre pour qu’elle travaille », nous explique le sélectionneur national. En l’absence d’un championnat de football féminin au Cameroun depuis 18 mois, Enow Ngachu est obligé de soumettre les « joueuses locales » qu’il convoque en sélection, chaque fois à un travail qui, logiquement devait se faire en club, comme le physique.

  • Hits : [ 5622 ] 03 Mai 2015 10:01:51

REAGISSEZ A CET ARTICLE


Cameroun Vs Zimbabwé le mardi 10 janvier dès 18 heures
Publicité
Publicité